Pages

dimanche 16 décembre 2012

Conférence du 16 décembre 2012: "La haie fruitière"




On appelle « haie fruitière » une rangée d’arbres de même taille, de hauteur limitée (4m) et de faible largeur (1m) qui permet d’atteindre facilement les fruits.
Ceci sera obtenu par le palissage d’arbres greffés faisant peu de bois (porte-greffe assez faible M106 à faible M9).
Travail du sol : en général on procède à un labour avant lequel on effectue un chaulage (au maerl ou au lithotamne) et une fumure au fumier ; au minimum on peut prévoir de pailler d’avance (6 mois) l’emplacement des plants, puis rajouter du paillis après plantation ; si le sous-sol est très compact, prévoir un sous-solage.
Choix des plants : choisir des scions (plants greffés de 1 an), en évitant les royal-gala et golden sensibles à la tavelure (tâches sur les feuilles puis sur les fruits) ; se fournir de préférence chez des pépiniéristes locaux (par ex. à Poullalouen).
Plantation : prévoir un espacement de 1m50 à 2m50 sur les rangs et de 4m entre rangs (4m50 si tracteur) ; le point de greffe sera placé nettement au dessus du niveau du sol.
Palissage : il a lieu dès la plantation, placer des poteaux de diamètre 150mm tous les 2 à 3 plants, prévoir 3 fils métalliques.
Une telle haie, bien entretenue pourra durer 30 à 35 ans !
Entretien du sol : commencer par pailler le sol ou le désherber par des binages sur les rangs, épandre du fumier et semer de l’engrais vert entre les rangs; par la suite on peut le maintenir enherbé, il n’est pas nécessaire de faucher régulièrement, moutons  et volaille peuvent se charger de l’entretien.
Protection sanitaire :
Le chancre (nécrose de l’écorce laissant apparaître le bois) abîme les branches et fait pourrir la pomme, il apparaît sur les gourmands et se multiplie sous la pluie, puis retombe sur les branches et les feuilles, traiter par bouillie à la chute des feuilles et au début de saison, éliminer les branches atteintes, gratter les plaies.
La tavelure se traite à la bouillie dès le début des bourgeons (débourrement) et jusqu’à fin juin, traiter tous les 25 mm de pluie.
Contre les chenilles on pourra inoculer du bacillus thurigensis, du jus d’algue cicatrisera les plaies, contre le carpocapse on traitera à la carpovirusine (bio !) ou préférera la confusion sexuelle (phéromone émise par pièges ou fils de fer sur palissage, demander à Mme R Gourlaouen).
La taille :
Le palissage tend à déployer les branches à l’horizontale afin d’en réduire la vigueur, hâter la mise à fruit et stimuler tous les ans la formation de nouveaux boutons.
Afin de favoriser l’éclairage et l’aération, éliminer les boutons situés à moins de 25 cm du tronc (puits de lumière).
On maintiendra les branches ramifiées « comme les doigts d’une main », 7 à 8 branches fruitières par arbre suffisent.
Enlever pommes en trop pour mi-juin (le bouton 2013 commence en 2012 !), et tailler en vert les jeunes arbres.
Environnement propice : ne pas tondre régulièrement, entourer le verger de talus boisés d’espèces naturelles (aubépine, châtaigner), la proximité d’une mare proche (bio diversité)


Conservation des fruits : entrepôt frais (5°) et maintenu humide par arrosage du sol.

Mme R.Gourlaouen Vente directe de pommes au verger de Gorre-lanneguy RIEC (direction Moëlan)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire