Pages

mercredi 20 novembre 2019

Conférence du 17 novembre 2019: La fertilité des sols

   « La Fertilité des sols » était le thème proposé ce dimanche 17 novembre, par la Société d'Horticulture de Quimper pour sa dernière réunion mensuelle à la MPT d'Ergué-Armel.    En fin de la galerie photos qui illustrent cette matinée enrichissante, un plan de situation de la nouvelle Maison des Associations où aura lieu la conférence du 15 décembre.


Après l’accueil des sociétaires par Liliane Brunet, Marcel Larvol a présenté la plante du mois et Marcel Le Loc’h a renseigné sur l'atelier de tressage au jardin qui commencera fin janvier prochain.



Ensuite, sur la base d'un diaporama et d'illustrations, Charly Rio, de la Maison de la bio et en partenariat avec le SIVALODET, a donné de nombreuses informations sur la fertilité des sols


La fertilité physique se caractérise par la profondeur du sol, sa texture, sa structure, son PH.

La profondeur utile est en général plus importante en bas d’une pente, faible sur une pente et moyenne  sur une butte, et dépend aussi de la présence de cailloux ou d’argile


- La texture dépend de la part respective de sable (particules grossières), de limon (particules plus fines) et d’argile (particules très fines), qui restent sur place après la dégradation de la roche-mère (granit, schiste, grès …) et l’érosion (par le vent, par la pluie).

Cette texture peut se déterminer de manière approchée par :

-          le frottement du matériau sur la peau :
o   Si ça gratte, c’est sableux
o   Si le contact est soyeux, c’est argileux

 
-          Un essai de modelage d’une portion de terre humidifiée sous forme de « boudin » puis d’anneau (image issue d’une doc. du réseau Agriville):
o   Modelage impossible, la terre est sableuse
o   Modelage possible en boudin seulement, la terre est limoneuse
o   Modelage possible en anneau, la terre est argileuse
  -          L’observation des couches formées par le dépôt dans une bouteille d’un mélange d’eau et de terre
o   Dans les premières minutes, le sable se dépose 
o   puis c’est au tour du limon
o   au bout de plusieurs heures (jours) l’argile a fini par se déposer.


La terre sableuse se travaille facilement, mais perd vite son eau et ses minéraux.
La terre limoneuse forme facilement une couche de « battance » lors de fortes pluies.

La terre argileuse garde bien eau et minéraux, mais est dure à travailler si elle est trop sèche.


- La structure d’un sol peut être motteuse, grumeleuse ou poudreuse.
Un bon sol (comportant 5% d’humus = (compost + terreau + racines + animaux)) sera de structure grumeleuse s’il y a un mélange entre matières minérales et matières organique.

Ce mélange est obtenu par le travail respectueux du sol, l’action des vers de terre qui vont faire le lien entre minéral et organique par l’effet du calcium (Ca++), l’action des décomposeurs primaires, des bactéries et des champignons.

- Le PH mesure le degré d’acidité ou d’alcalinité de la terre, entre 6 et 7, le PH est optimal.

Si le PH est insuffisant, apporter du calcium (cendre de bois, maerl ou traez,  chaux).


La fertilité biologique.
Les animaux décomposent la matière organique, les décomposeurs primaires vivent près de la surface du sol, les secondaires en profondeur.




Il y a plusieurs types de vers de terre qui vivent chacun à un niveau précis du sol. Le  lombric fait le va et vient entre la surface du sol ou il prélève des fragments de déchets et les couches plus profondes ou il descend ces déchets pour en faire des réserves; pour effectuer ce trajet il doit creuser des galeries si celles-ci ont été détruites par le travail exagéré du sol ou son tassement .


L’humus se minéralise pour nourrir la plante, mais celle-ci se nourrit aussi grâce aux champignons du sol (par l’intermédiaire du mycélium) qui en échange des sucres de la plante lui fournissent des minéraux et de l’eau.

Les légumineuses apportent au sol de l’azote par les nodules qui se développent sur leurs racines.

Pour améliorer cette fertilité, il est préférable d’aérer la terre par un travail avec des outils à dents (fourche-bêche) sans la retourner.

On peut aussi nourrir le sol par:
- le compostage (zéro déchets)



- l’utilisation de goémon récolté quelques jours après les grandes marées
- les engrais verts broyés grossièrement sur place en fin février
- le paillage par des tontes de gazon et du broyat de branchages. 

La décomposition du paillage consomme de l’azote, afin d’éviter la « faim d’azote » il est
conseillé d’interposer du compost entre la terre et le paillage.

Eviter d’utiliser de la bouillie bordelaise car elle tue les bactéries et ralentit la vie du sol.

-----------------------------

Plan de situation de la nouvelle Maison des Associations où aura lieu la conférence du 15 décembre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire